Comment gérer son diabète

Le diabète est assez fréquent chez le chien. C’est une maladie grave qui peut aboutir à la mort de l’animal s’il n’est pas pris en charge précocement. Heureusement, le traitement du diabète est assez simple même s’il exige une application rigoureuse.

...

Le diabète insipide et le diabète sucré

Le diabète insipide se traduit par une forte augmentation de la quantité d’urines émises et également de la soif. Il est dû soit à une insuffisance de sécrétion d’hormone antidiurétique d’origine lésionnelle ou fonctionnelle (potomanie = besoin irrépressible de boire sans arrêt), soit à une insensibilité des néphrons (petites unités fonctionnelles du rein) à l’hormone antidiurétique. Le diagnostic des différentes formes de diabète insipide est parfois difficile à établir. Le traitement repose sur l’emploi de médicaments et sur la modification du comportement pour la potomanie.

Le diabète sucré étant plus fréquent chez le chien, en voici une description complète, il est dû à un déficit en insuline (hormone secrétée par le pancréas) qui provoque une mauvaise utilisation du glucose par les cellules et un état d’hyperglycémie chronique.

Du sucre dans les urines.

Le signe évocateur de diabète sucré est la polyuropolydipsie, le chien boit et urine beaucoup. Généralement, il a aussi plus d’appétit, mais il peut aussi y avoir un amaigrissement du chien lorsque le diabète est installé. Enfin, on observe la présence de sucre dans les urines (glycosurie), et des complications peuvent survenir, cataracte des deux yeux, infections bactériennes urinaires, perturbation du métabolisme des graisses avec surcharge du foie.

Un traitement à base d’insuline

II est inutile d’employer des médicaments hypoglycémiants chez le chien car ils n’ont pas d’action dans cette espèce. En revanche, c’est l’utilisation d’insuline qui va permettre de contrôler le diabète sucré en se substituant à la sécrétion pancréatique défaillante. Il existe plusieurs sortes d’insuline, insuline rapide (usage réservé pour le traitement des urgences comme par exemple un coma diabétique), insuline intermédiaire, et insuline lente à action prolongée. C’est cette dernière catégorie qui est la plus souvent utilisée pour le diabète du chien.

Des repas sous haute surveillance

Les flacons d’insuline sont conservés impérativement au réfrigérateur et ils ne doivent pas être utilisés après dépassement de leur date limite. Lors de son utilisation, un flacon d’insuline doit être remis en suspension en l’agitant doucement. La dose exacte est injectée à heure fixe sous la peau, généralement 2 fois par jour (matin et soir), alternativement sur les parois de la cage thoracique, zones bien vascularisées et qui permettent son absorption. La région du cou doit être évitée en raison de la fréquente présence de graisse qui gêne l’absorption de l’insuline.

A côté du traitement médical, l’alimentation doit être surveillée pour limiter l’hyperglycémie qui suit les repas. Elle ne doit pas contenir de glucides rapides, mais renfermer des glucides lents, des fibres, des protéines et peu de graisses. Il existe d’ailleurs chez les vétérinaires des aliments spécifiquement formulés pour répondre à ces caractéristiques nutritionnelles. Les repas sont donnés lors des injections d’insuline. Et il ne faut rien donner d’autre que le repas normal sous peine de déstabiliser le traitement avec l’insuline.

Des contrôles fréquents

Le vétérinaire qui soigne un chien diabétique doit au début pratiquer des prises de sang de contrôle pour vérifier l’efficacité du traitement et l’action de l’insuline sur le métabolisme des glucides. Cela permet d’établir une courbe de glycémie en y reportant à la fois la durée et l’intensité de l’action de l’insuline injectée, et d’ajuster le dosage de l’insuline si besoin.

Chienne et diabète sucré

Faut-il stériliser une chienne diabétique. La réponse est positive à cause des périodes de chaleurs où la chienne secrète de la progestérone (une hormone) qui entraîne une résistance au traitement par l’insuline. Voilà pourquoi la stérilisation de la chienne avec ablation des ovaires est recommandée pour stabiliser le traitement du diabète sucré.

Source : Bulletin Boxer 2012/2

Dernière mise à jour : Novembre 2021