Compléments alimentaires, l'atout santé de notre compagnon

Les compléments alimentaires sont des produits nécessaires à l’organisme (calcium, vitamines, minéraux, omégas) qui sont ajoutés aux repas de base de votre compagnon. Ceux-ci sont donnés sur des périodes plus ou moins longues pour lui assurer une meilleure santé. L’efficacité de ces produits a été démontrée. Chez les animaux qui reçoivent ce type de compléments, on constate de meilleures performances physiques et une meilleure récupération.

...

Les compléments alimentaires

principe actif à titre de prévention. Ils peuvent répondre à des besoins spécifiques lors des différents caps de la vie de votre compagnon et l’aider à les traverser et seront les partenaires idéaux d’une bonne hygiène de vie pour votre animal mais jamais employés dans un but médical. Ce qu’il faut retenir, les suppléments nutritionnels ne remplaceront jamais une alimentation saine et équilibrée. Ils optimiseront un capital santé dans la douceur et la durée. Rééquilibrer, apaiser et anticiper restent les mots clés d’un complément alimentaire. Un chien nourri, à base d'alimentation industrielle (ex : croquettes) riches en vitamines et minéraux, n’aura pas besoin de complément contrairement à un chien nourri avec une laimentation ménagère (peu recommandée car difficile à équilibrer).

Différents modes de présentation :

• Les poudres : elles peuvent être mélangées à l’aliment, ce qui est très utile pour les chiens difficiles.
• Les gouttes : elles sont d’une utilisation plus simple pour les chiots, il suffit de les déposer au coin des babines ou de les donner à la seringue.
• Les comprimés : souvent appétants et quantifiés dans des pots pour des durées précises, ils demeurent pratiques.
• Les sachets tout prêts, savamment dosés sont idéaux, mais seront donnés dans l’objectif d’un bien-être de longue durée plutôt que dans un cas de problème précis.
• Les huiles, pour le poil, sont plus faciles à ingérer sous forme de gélules.

Bien entendu, chaque animal choisira la forme qu’il préfère et au maître de suivre comme toujours.

Prévenir ou Guérir

Disponibles chez les vétérinaires, les pharmacies, les animaleries ou les grandes surfaces spécialisées, les suppléments nutritionnels et les alicaments restent à double emploi, c’est pourquoi il vous faudra être vigilant. Protéger le pelage de votre animal contre le soleil et la pollution néfastes pour sa robe sera à différencier d’une chute de poils anormale qui nécessitera une consultation. N’hésitez pas à vous faire conseiller par des professionnels de santé qui sauront différencier prévention et guérison

Les bons moments pour traiter

"Bien des cas de figure sont propices à la prise de compléments alimentaires", explique Damien Maillard de Phythea. "Les étapes de l’existence de votre ami, tout comme la nôtre, sont ponctuées d’évènements différents, croissance, gestation et lactation, activité sportive, fatigue, mue et poil terne, vieillissement mais aussi maladie, opération et convalescence" Comme on peut le voir, la croissance nécessite un apport en vitamines et minéraux pour assurer une bonne minéralisation chez le chiot.

Celle-ci s’achevant vers huit à douze mois selon les races, l’apport cessera à ce moment. Si ceux-ci sont nourris avec un aliment équilibré et adapté à leur race, un supplément est à éviter. Un apport de calcium en plus des croquettes (repas déjà équilibré) pourrait être nocif pour le développement osseux du chiot, surtout de grande race.

• La gestation et la lactation demandent une vigilance accrue auprès de la future maman. Durant cette période, sa quantité de calcium est mise à rude épreuve pour la fabrication osseuse de ses chiots et celle du lait. Oligo-éléments et minéraux viendront à son renfort.
L’exercice physique, pour les chiens sportifs, demandera un complément afin d’adapter l’organisme à des efforts intensifs. Prévoir la cure un mois avant les épreuves afin de parer à l’épuisement des réserves en sucre pour éviter des hypoglycémies. Des problèmes articulaires pouvant apparaître, il faut rester attentif en cas de charge trop lourde chez les chiens de compétition.
L’entretien du pelage nécessite aussi un soutien venant de l’intérieur. Des facteurs externes comme la pollution, le soleil, un écart brutal de température peuvent occasionner des désagréments cutanés (poil sec, inconfort, grattages...) et altérer la robe de votre chien. L’action bienfaisante des complexes vitaminiques A, B2, B5, B6 assureront un rôle de protecteurs cutanés. La vitamine H favorisera la pousse du poil et la bonne santé du derme. Les acides gras essentiels rendront au pelage son aspect souple et brillant. Les omégas, comme l’huile de lin, de poissons sauvages et de bourrache, rééquilibreront tout en douceur le pelage. Cela pourra vous aider lors des périodes de mue afin de diminuer les pertes de poils, ce qui soulageravotre compagnon.

Durée des cures (à titre indicatif)

• 1 mois au minimum pour le pelage et le tonus général.
• Jusqu’à 8 à 10 mois pour la croissance.
• Durant toute la période de gestation et de lactation (5 mois) et 1 mois de récupération.
• 3 à 4 fois par an pendant 1 mois pour les animaux âgés.
• 1 mois pour les chiens sportifs ou qui participent à des concours. Dans bien des cas, comptez 1 à 2 mois de renouvellement pour un traitement efficace. Pour un animal en convalescence après une opération, le conseil adapté de votre vétérinaire quant à l’aliment complémentaire ainsi que sa durée sera nécessaire.

Combien ça coûte

Il est dur d’établir une fourchette de prix. Tout dépend du lieu ou l’on achète le complément, de la durée adaptée à chaque chien. Néanmoins, pour la beauté du poil, une prévention du derme ou des articulations, comptez de 60 à 120€ en fonction du poids du chien pour une cure trimestrielle d’un produit de qualité.

D’autres cas de figure

Votre chien vieillit et présente des problèmes articulaires, des raideurs ou une perte de mobilité due à l’âge , un apport ciblé s’avère alors capital. Les omégas diminueront la gêne articulaire, le zinc l’inflammation et les vitamines C, E ainsi que le sélénium lutteront contre le vieillissement cellulaire. Il faut aussi améliorer la qualité en protéines pour ne pas endommager la fonction rénale plus sensible quand votre compagnon entre dans le troisième âge et faire attention aux apports en minéraux pour les reins ou le coeur. Enfin, veiller à l’énergie pour éviter la prise de poids, votre ami senior, plus sédentaire, ne brûlera plus la même quantité calorique qu’auparavant. Il faudra veiller aussi à un régime riche en fibres car le métabolisme digestif est plus lent chez les seniors. Les problèmes articulaires se rencontrent aussi chez les chiens de grande taille et chez les sportifs qui peuvent être lestés de lourdes charges. L’objectif d’un apport complémentaire sera de protéger le cartilage durablement dans un rôle préventif d’améliorer la mobilité articulaire et d’en diminuer la gêne si le chien s’est fatigué.

AVIS D’EXPERT

Attention au surdosage ! On ne donne jamais de compléments alimentaires sans raison précise ni sans l’avis de son vétérinaire, ne serait-ce que pour dissiper ne inquiétude ou ne pas passer à côté d’un diagnostic. Donner un supplément nutritionnel n’est pas un geste anodin, c’est avant tout une substance que l’on ajoute à l’alimentation habituelle de l’animal pour répondre aux besoins de celui-ci marquant les différentes étapes de sa vie.

Source : Animal attitude • numéro 17 Septembre, Octobre, Novembre 2011