La saveur des aliments

Si votre chien ne mange pas suffisamment chaque jour, il risque de devenir anorexique. Les éleveurs sont quotidiennement confrontés à un manque d’appétit. Il existe de nombreuses raisons à ce problème et le stress dans un élevage en est la cause principale. L’anorexie est un manque ou une perte d’appétit. Il s’agit d’un des troubles principaux et les plus fréquents rencontrés par la médecine vétérinaire ainsi que le symptôme d’innombrables maladies aux déroulements très diversifiés.

...

Au sujet de la saveur des aliments

Il serait plus approprié de parler d’hyporexie. L’hyporexie ne qualifie pas une perte totale mais plutôt une diminution de l’appétit.

Outre une thérapie appropriée, la stratégie première la plus répandue pour amener un animal à s’alimenter consiste à améliorer la saveur de sa nourriture.

Quelles sont les techniques actuellement appliquées et quelle est leur efficacité ?

Augmentation de la teneur en hydratation

Le passage des aliments secs aux aliments en boîte ou en sachets peut s’avérer efficace grâce à la plus haute teneur en hydratation. De plus, la nourriture en boîte ou en sachets contient en général plus de matières grasses et de protéines. Ramollir la nourriture sèche (avec un peu d'eau tiède) constitue également une autre solution.

Augmentation de la teneur en matière grasse

Cette mesure est surtout appliquée dans le cadre d’une alimentation à des fins thérapeutiques, elle vise à augmenter la densité en énergie, ce qui fait que l’animal consomme moins de nourriture. Notez que l’augmentation de la part en matière grasse dans l’alimentation n’est pas sans risques. De ce fait, nous ne recommandons pas d’intensifier la saveur des aliments par une teneur plus élevée en matières grasses.

Augmentation de la teneur en protéines

Lors de l’augmentation de la teneur en protéines de la nourriture, il convient de veiller à certains processus inhérents à des maladies tels que, par exemple, défaillance hépatique lors d’une encéphalopathie hépatique ou défaillance rénale lors d’une urémie sévère.

Sucré et salé

La nourriture pour chiens peut leur paraître plus savoureuse lorsqu’on lui confère un goût sucré en ajoutant du sucre ou du sirop par-dessus. Il est recommandé d’éviter les édulcorants synthétiques étant donné qu’ils ont une faible, voire aucune valeur nutritive et que l’édulcorant synthétique Xylitol couramment vendu dans le commerce peut être la cause d’hypoglycémie chez les chiens. Une précaution particulière s’impose également chez les chiens diabétiques.

La nourriture salée peut inciter le chien à manger plus. Il convient cependant d’être prudent avec les animaux qui souffrent d’hypertension, d’œdèmes, d’ascite ou de maladies rénales.

Fraîcheur, arôme et température de la nourriture

De la nourriture bien fraîche et chaude (la température ne doit pas être supérieure à celle du corps pour que le chien ne se brûle pas la bouche) peut également s’avérer efficace. Cela est évidemment important pour les patients dont la sensation de goût a diminué, par exemple les chiens relativement âgés et ceux souffrant de problèmes rénaux. Il est très important de conserver la nourriture au frais durant son stockage.

Originalité

Un aliment peu courant peut s’avérer plus attirant qu’un aliment ordinaire. Les denrées alimentaires totalement nouvelles peuvent toutefois s’avérer ne pas être le meilleur choix possible.

Variété

Une nourriture variée peut être un stimulant efficace, il convient toutefois de faire preuve de la plus grande prudence.

Eviter la sur-médication

Les analgésiques courants, les antibiotiques, les médicaments destinés au traitement des champignons, les diurétiques, les anti-inflammatoires, les immunosuppresseurs ainsi que les agents chimio-thérapeutiques peuvent déclencher une perte d’appétit. La meilleure solution est de tester des alternatives qui atténuent certains effets négatifs des médicaments sur l’appétit.

Médicaments stimulant l’appétit

Diazepam, Cyproheptadin ou Propofol (à faible dose) ne sont pas recommandés étant donné que les effets ne sont manifestement pas prévisibles, intermittents et de courte durée.

Source : Fédération Cynologue Internationale (FCI), 2/2010

...