Tests ADN : Petits rappels de génétique

Tout d’abord, rappelons rapidement que tous les chiens, à l’instar de l’être humain, héritent de chacun de leurs parents un allèle (c’est-à-dire une version d’un gène) pour chaque gène du génome. Un individu est dit homozygote pour un gène s’il possède deux allèles identiques de ce gène, il est dit hétérozygote si l’allèle hérité de la mère est différent de celui hérité du père.

...

Petit précis de génétique

Prenons l’exemple du gène de couleur Brown (locus B) qui détermine la couleur (noire ou marron) du pigment foncé de la robe d’un chien :

  • Un individu qui possède deux allèles b pour ce gène est dit homozygote et on notera son génotype b/b.
  • Un individu hétérozygote possède deux versions différentes du gène, l’allèle B et l’allèle b, on notera son génotype B/b, on dira couramment qu’il est porteur de marron (il peut transmettre l’allèle marron b à ses descendants mais ne présente pas de marron dans sa robe).
  • Enfin, d’autres individus sont homozygotes B/B, c’est-à-dire qu’ils possèdent l’allèle B en double exemplaire.
  • Lorsque l’effet d’un allèle domine sur un autre allèle, on dit qu’il est dominant. Ainsi, l’allèle B est dominant sur l’allèle b, c’est-à-dire que chez un individu hétérozygote B/b, c’est l’effet de l’allèle "noir" B qui l’emporte. L’allèle b est dit récessif par rapport à l’allèle B, il faut deux copies de cet allèle pour qu’un chien soit "marron".

    Par ailleurs, concernant les tests de santé :

  • Le résultat 1.1 "indemne" signifie que le chien est homozygote +/+, c’est-à-dire qu’il n’est pas porteur de l’allèle muté : il ne transmet jamais l’allèle muté à ses descendants.
  • Le résultat 1.2 "porteur" signifie que le chien est hétérozygote +/-, c’est-à-dire qu’il possède un allèle normal (dit allèle sauvage) et un allèle muté, il a alors une chance sur deux de transmettre l’allèle muté à chacun de ses descendants.
  • Le résultat 2.2 "atteint" (ou double porteur) signifie que l’individu est homozygote -/-, c’est-à-dire qu’il possède deux allèles mutés : il transmet systématiquement un allèle muté à chacun de ses descendants.
  • Si l’affection testée est transmise sur un mode récessif (c’est-à-dire si l’allèle muté responsable de l’affection est récessif par rapport à l’allèle sauvage), un chien 1.2 ne développera pas la maladie au cours de sa vie. Si, en revanche, l’affection testée est transmise sur un mode dominant (l’allèle muté responsable de l’affection est dominant sur l’allèle sauvage), un chien 1.2 est à risque de développer la maladie au cours de sa vie.

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur https://genodog.fr/notions-genetique

    ...